sur un banc ensoleillé, bavardages et gros clichés...

Publié le par grr atteint




Pause déjeuner, place de Lévis.

devant, une place sillonée de trottinettes, de rollers, de vélos, qui de temps en temps, laissent tomber les gamins qu'ils transportent, pour la joie de nos oreilles.
à gauche, une jeune asiatique qui finit doucement sa cigarette avant de repartir vers son magasin.
derrière, une vieille dame solitaire qui s'ennuie, une nourrice qui lance une discussion :
-la vie d'une femme, c'est pas très facile madame, hein.
-c'est vrai qu'à mon époque les hommes, ils travaillaient, mais en dehors de ça, ils faisaient pas grand-chose.
-ah moi c'est pareil madame. Je rentre chez moi je fais le ménage la cuisine et tout, et lui il va se coucher, tout de suite il dort.

A gauche, plus personne... Puis une deuxième jeune fille. Qui sort un sandwish -sans doute en pause déjeuner elle aussi. Une trottinette rippe sur un caillou, se dresse fièrement vers le ciel, exécute un petit salto périlleux et bam, le gniard qu'elle supportait s'éclate la tronche sur le bitume. Sa mère se précipite au doux son de ses hurlements criards. La jeune fille reste imperturbable, sort une cigarette. L'allume.

Réaction de la nourrice :
-vous n'avez aucun respect mademoiselle.
-pardon ? (gentiment)
-il faut demander avant de fumer, même dans un lieu public ça gêne les gens hein.
-ah, excusez-moi, je vais m'en aller.
-oui ben oui. là franchement vous exagérez quand même. en plus il y a une dame âgée à côté de moi.
-je suis désolée madame, excusez-moi.
-non parce que bon, c'est pas parce que vous fumez qu'il faut se croire tout permis hein. c'est n'importe quoi mademoiselle.
-je vous présente mes excuses, mesdames, je m'en vais.
-vous n'avez vraiment aucun respect.
-au revoir mesdames, bonne journée.
-c'est très malpoli de faire ça hein. heureusement que vous partez. pff, je suis désolée de m'être énervée madame, mais moi je ne supporte pas le manque de respect.
-je comprends bien, de mon temps on avait le droit de fumer partout, mais on ne savait pas que c'était nocif.
-oui parce que hein, si ils veulent mourir ils peuvent, mais ils peuvent pas me lancer leur fumée qui tue dans les narines. ça fait mourir la fumée vous savez.
-moi mon fils fume depuis vingt ans alors ça ne me dérange pas trop. Et puis elle était intelligente cette jeune fille, elle a compris, elle s'est excusée.
-mais vous avez vu, avant elle il y avait une chinetock. elle aussi elle a fumé, mais de toutes façons c'est n'importe quoi ce quartier. c'est tout plein de chinetocks, on peut pas faire un pas sans voir du jaune, vous avez remarqué.
-ah oui, c'est pas le quartier chinois pourtant.
-ils sont partout hein ? et ils fument en plus. Non mais les gens de nos jours, ils ont vraiment aucun respect. 

Commenter cet article

Marianne 05/07/2009 11:36

je confirme : je déteste Paris, au moins autant qu'Orléans. Jamais entendu une telle abération.