Un chauffe-eau qui fuit de l'eau chaude reste un chauffe-eau qui fuit.

Publié le par gratte un






Intéressons-nous aujourd'hui à l'utilité des bandelettes de cire.



Nous sommes d'accord sur le fait que la société pose un regard oppressant sur les jambes des femmes, qui si elles se veulent admirées, se doivent de rester vierges de tout poil. Nous sommes d'accord sur le fait qu'une telle situation est injuste, et que cette situation injuste est renforcée par l'injustice de Mère nature qui dota les blondes d'un système pileux duveteux et quasi invisible à l'oeil nu -à plus forte raison à l'oeil masculin excité par le décolleté et la mini-jupe surplombant ledit système- et qui attribua aux brunes -dont je fais toujours partie malgré mes courantes bonnes actions (je donne des coups de fil à mon propriétaire pour me plaindre du chauffe-eau qui fuit, ce qui évite à ma colocataire -blonde, soit dit en passant- de le faire)- une pilosité absolument désastreuse et touffue, savez-vous de quel verbe ce groupe nominal est l'objet ?

Nous sommes d'accord, donc, mais le fait est que, injuste ou pas, la situation est là ; un rendez-vous galant avec du poil aux pattes peut être vite raccourci par l'explosion de la cuisine de la personne de sexe masculin participant à ce rendez-vous, ou par toute autre excuse pouvant sortir d'un cerveau masculin en mode fuite, type ma mère vient de mourir, mon meilleur ami m'a volé le dernier épisode de Star Wars, mon chien a besoin de se moucher, tu comprends ma chérie, c'est une urgence, mais on se voit demain, quand tu auras eu le temps de te reposer, d'accord ? Sous-entendu, va te raser, moi et mes mains, on va s'occuper tous seuls ce soir...



Maintenant que ce constat est posé, testons l'efficacité des bandes de cire sur un panel de femmes prises au hasard et au dépourvu :

-d'abord, la pressée :
ce qu'elle dit : ouh làlàlà viiiite, mon rendez-vous est dans dix minutes, j'ai une heure de trajet avant d'y aller et les jambes encore poilues... 
ce qu'elle fait : attraper la boîte de bandelettes, lire le mode d'emploi ... "Conseil beauté : Ne vous épilez pas juste avant un rendez vous car la plupart des femmes ont des rougeurs après l'épilation"
sa solution : bon, je file, je me raserai dans le métro.

-ensuite, la douillette :
ce qu'elle dit : hmmmm j'ai peur... Allez Marie-Claude tu peux le faire, souviens-toi, quand tu avais onze ans tu as regardé l'épisode des Télétubbies où Po était triste et tu n'as pas pleuré, tu es forte, tu es courageuse, tu peux le faire, tu es une killeuse, une vraie, tu n'as pas de lave-vaisselle, ça n'a rien à voir mais tu peux le faire, allez...
ce qu'elle fait : lire le mode d'emploi en sursautant à chaque mot évoquant la douleur ("spécial peau sensible "- "peau brûlée" - "problèmes de peau" - "sensation de picotement ou de brûlure" - "cicatrice " - etc), relire le mode d'emploi en sursautant à chaque mot évoquant la douleur, fermer les yeux, se saisir d'une bandelette, rerelire le mode d'emploi en sursautant à chaque mot évoquant la douleur, faire une pause de deux heures pour regarder Erin Brokowitch, revenir dans la salle de bains, poser une bandelette sur la jambe droite, attendre, attendre encore, rererelire le mode d'emploi en sursautant à chaque mot évoquant la douleur, penser très fort à Erin Brokowitch, s'emparer du bout de la bandelette, le lâcher, le reprendre, le relâcher, sortir de la salle de bain, s'apercevoir avec horreur que la bande sort aussi -étant accrochée à sa jambe-, se résigner, rerererelire le mode d'emploi en sursautant à chaque mot évoquant la douleur, poser le pied sur le rebord de la baignoire, prendre le bout de la bandelette,  tirer d'un coup sec, hurler à la mort, maudire un instant le sort cruel qui l'a rendue unijambiste, rouvrir les yeux,  soupirer de soulagement en découvrant sa jambe encore entière bien qu'un poil rougie, attraper la boîte de bandelettes, la jeter à la poubelle.
sa solution : bon, c'est sans doute pas écolo de jeter toute cette cire pleine de poils, c'est décidé, à partir d'aujourd'hui, par acte citoyen, je me rase.

-ensuite, la maniaque :
ce qu'elle dit : quoi, un poil, sur ma jambe ? Pas aligné dans l'axe du tibia en plus ? Aaaaah, vite, une bande de cire, que je l'arrache !
ce qu'elle fait : attraper la bande de cire, l'appliquer sur sa jambe, attendre un instant, tirer d'un coup sec, passer la main sur sa peau pour en apprécier le grain doux et velouté, la retirer immédiatement, collée par un restant de cire, s'essuyer les doigts dans une serviette, soupirer en retirant sa main pleine de cire collante et de poils de serviette, ouvrir le robinet pour rincer le tout à l'eau chaude, crier de douleur, retirer ses doigts brûlés, collés et poil de serviettés, trouver au fond de la boîte une "lingette finition parfaite, pour enlever les éventuels résidus de cire", s'essuyer les doigts avec, contempler sa main dé-cirée mais désormais enduite d'une huile visqueuse et âpre qui pue un poil avec découragement...
sa solution : ok, bon, à partir de maintenant, je me réconcilie avec le rasoir. Lui au moins, il va partout, finition parfaite et rapidité.

-pour finir, la dure à cuire :
ce qu'elle dit : des bandes de cire ? pffff, j'ai l'air d'une chochotte ? tant qu'à souffrir, autant utiliser un épilateur électrique.



Dans un prochain épisode, nous verrons en quoi la crème dépilatoire en fout partout,  comment le rasoir rend les poils durs et l'épilation douloureuse, pourquoi l'épilateur électrique est réservé aux femmes qui ont fait la guerre du Vietnam, et en quoi le quotidien des jambes féminines est bien moins enviable que celui de leurs consoeurs qui encadrent  pourtant un pénis pendant. (la plupart du temps)

Commenter cet article

Paolo 05/10/2009 13:11


ça j'arrive pas à comprendre pourquoi vous vous épilez... moi ça m'a jamais gêné, et je suis mort de rire quand j'entend helene hurler dans la salle de bain fermée à clé avec son epilateur
électrique... en plus, pas rasé, c'est plus doux sous la caresse ! sinon, pauvres vous quand même... :D


gratin 06/10/2009 13:55


"pas rasé, c'est plus doux sous la caresse"... ça dépend des gens, crois-moi !!!
(et du sens de la caresse aussi, ce qui peut être un poil -héhé- frustrant pour la personne caressée j'imagine...)

:)