chronique ciné, épisode 4

Publié le par gratin






Fame



Quand on est un peu naïf et confiant, on se dit, Fame, comédie musicale, gros succès, chanson qui envoie bien, soirée sympa quoi. Non ? Eh ben non. Pas du tout mais alors, pas du tout ma pauvre Lucette.

Prenez une bande de jeunes gens, certains beaux, certains moches... Un gay roux qui se fait suivre par un psy qu'il aime, une blonde type princesse fine en tutu, un brun aux yeux verts, visage de gamin et claviers solitaires, un Black à fleur de peau qui nous donne envie de relire J'irai cracher sur vos tombes, un frisé un poil taré attachant et désespéré, une brunette maigrelette enthousiaste à l'idée d'être plus qu'une starlette, et d'autres... Faites un méli-mélo de tout ça, fourez-les dans un sac, ajoutez un tas de situations sordides. Une audition où un pervers exige un strip aux allures de viol, un emploi qui fait croire au succès et mène à la déchéance, une envie de suicide, un avortement, une fillette de 5 ans agressée... Secouez le tout énergiquement et sans pitié.

Et voilà, Fame.

Commenter cet article