un collant filé colle-t-il encore?

Publié le par gras teint

 

FB-4.jpg

 

 

L'avantage de travailler dans un magasin de lingerie, c'est qu'on a une bonne excuse pour s'habiller classe.

L'inconvénient c'est que l'habit classe est parfois fragile.

L'avantage c'est que si on file son collant dans une réserve en bordel par exemple, hein, au hasard, hé ben on peut en racheter un tout de suite et sur place, ni vu ni su, avec réduction en plus.

L'inconvénient c'est que quand le collant est à 170 euros, même avec la réduction ça fait cher la pub pour la marque qu'on vend.

L'avantage c'est que là où je travaille les collants ne sont pas du tout à ce prix là.

L'inconvénient c'est que du coup il est possible que le nouveau collant se file lui aussi quelques minutes plus tard.

L'avantage c'est qu'au moins je peux venir raconter des conneries ici.

 

Alors allons-y, racontons des conneries. J'étais donc en magasin avec un collant très beau mais un peu fragile lorsque je me suis fait la réflexion suivante: parfois, Dieu doit se faire chier. Moi je crois que c'est ça. Il s'emmerde, il trouve rien à faire, alors il se dit, allez, je vais rigoler un peu, qui donc que je pourrais faire chier? Et hier il a choisi moi.

Elles sont entrées toutes les deux, elles avaient pas l'air d'être envoyées par Dieu, et peut-être que c'était déjà un signe...

-bonjour, voilà, j'ai acheté ce soutien-gorge à ma fille et elle ne veut pas de rembourrage, vous avez d'autres modèles pour qu'on l'échange?

-oui, bien sûr, vous avez gardé le ticket de caisse?

-tout est là mademoiselle.

-parfait. Alors... Ah mais il n'y a pas de rembourrage dans ce soutien-gorge mesdame.

(à partir de là la petite vieille mimi l'a fermée et a même fini par rentrer chez elle. Au fond je crois que c'est juste la blonde filasse de quarante balais qu'était chargé de distraire notre paternel emmerdeur.)

-ben si, c'est gros.

-vous l'avez essayé? Je vous assure, c'est juste une coque, ça ne rajoute rien.

-mademoiselle écoutez, je vois bien que c'est rembourré, j'ai pas besoin d'essayer.

-bon, ce que vous recherchez c'est donc une forme corbeille, avec absolument pas de coque.

-oui, voilà, et sans armatures.

-d'accord, je vais vous montrer les modèles que nous pouvons vous proposer (sourire gentil, toujours)

(quinze minutes de montrage de modèles que nous pouvons lui proposer plus tard)

-vous n'avez rien d'autre?

-hum... (un peu décoiffée, au milieu d'une pile de trente-treize soutien-gorges)... non, là, on a fait le tour.

-bon, et je suis obligée de prendre un soutien-gorge c'est ça?

-bien sûr que non madame, nous avons des tas de jolis pyjamas à vous proposer!

-ha bah oui tiens, je vais plutôt prendre un pyjama.

-pas de problème! (quel tonus, quel enthousiasme, quelle combativité, moi je vous dis, cette petite vendeuse, elle ira loin!) regardez, celui-ci par exemple...

-ha oui, celui-là il est bien.

-hé ben voilà! Bon, je vous reprends le soutien-gorge, vous gardez le pyjama... ça vous fera 5 euros 70.

-ha il faut que je paye?

-oui, le pyjama est un peu plus cher que le soutien-gorge.

-bon, vous n'auriez pas un pyjama au même prix que le soutien-gorge? Je ne veux rien rajouter.

-ha non, un pyjama à ce prix-là, non.

-qu'est-ce que vous avez au même prix?

-... d'autres soutien-gorges... (sentez le désespoir qui commence à trouver que ça pourrait être chouette comme endroit pour se poser un peu)

-ha non mais je n'aime pas vos soutien-gorges. Vous avez des pyjamas moins chers? mais jolis, parce que bon, j'aime pas beaucoup votre magasin.

-sinon, je peux aussi vous rembourser. (notez que la petite vendeuse a bien senti dans quoi elle commence à s'embarquer, et qu'elle essaye de trouver une déviation vers une autre sortie de route)

-ah bah voilà, on va faire ça.

-bon, alors, vous aviez payé comment? Ha, en chèque.

-oui, c'est ma mère qui a payé.

-oui, bon, alors du coup il faut que vous reveniez plus tard, il y a un petit délai de 21 jours pour le remboursement des chèques.

-ha non je ne peux pas revenir, je m'en vais.

-vous pouvez vous faire rembourser dans n'importe quel magasin madame.

-non mais montrez-moi vos pyjamas. D'ailleurs le gris comme ça, finalement, c'est bof.

-(ATTENTION ça va aller vite: la vendeuse s'apprête à faire une grosse erreur) D'accord. (voilà, l'erreur est commise, la vendeuse est foutue. Le monde des strings est impitoyable.)

 

Je vous passe les "non je veux des manches longues" "je n'aime pas cette couleur" "ha mais je veux un pantacourt en bas" "le col est un peu grand là" "il y a des strass au bout des manches?" "cette inscription de deux centimètres dans le coin droit, là, beurk" "ha non je n'aime pas trop cette matière-là" "je n'aime pas quand le pantalon est resserré en bas" "celui-là je l'aime bien, c'est dommage que vous n'ayez plus ma taille" "non je n'irai pas dans un autre magasin" "en fait vous n'avez pas beaucoup de modèles ici" "bon, vous me trouvez une solution mademoiselle?"

Retournons-nous vers notre vendeuse, qui, debout sous un tas d'une quarantaine de pyjamas, dans un collant beaucoup moins filé que ses nerfs, arrive encore à rester souriante et aimable malgré le nerveux tremblement de ses doigts. Admirons-la (ou marrons-nous, si nous sommes Dieu). Ecoutons-la.

 

-je vous rappelle que je peux vous rembourser madame, il vous suffit de repasser dans quelques jours. Ou si vous préférez, vous pouvez aller dans un magasin plus grand, il y aura plus de modèles (ça c'est salaud pour les vendeuses du magasin plus grand en question)

-non mais je vais prendre le pyjama gris.

-euh... (extirpe un modèle du tas) celui-ci?

-non non, celui du début.

-ha. (se concentre fort pour ne pas devenir rouge) oui. (arrive à sourire!) Bon, donc ça vous fera 5 euros 70 s'il-vous-plaît.

-ha bon il faut que je paye?

-...

-bon, allez, je peux bien mettre 5 euros hein.

-...

-voilà. Tenez.

-merci madame.

 

(La petite vendeuse encaisse les 5 euros qu'elle a mis quarante minutes à gagner, souhaite à la dame une bonne journée, puis file en réserve et son collant)

 

 

Commenter cet article

LaLoUtRe 09/11/2010 04:11


Je débute tout juste dans la vente et je dois dire que ce week end on en a eu des pas mal, en plein rush bien sûr...le mec qui vient ramener un porte manteau avec "des défauts" qui font en fait
parti du fameux porte manteau et qui en prend un autre mais inspecte la moindre rayure pour demander un rabais..... Il est bien resté une heure aussi à nous faire chier ! Patience, patience....


Marianne 07/11/2010 13:37


trente-seize !


mélanie 07/11/2010 22:47



:)