youhou-pipi!

Publié le par gratte un

j-ai-l-esprit-.09.jpg 

Je pourrais continuer à vous raconter ma vie de franchisseuse de seuils de porte, mais soyons réalistes, qui cela intéresse-t-il vraiment? Parlons plutôt strings, ça attire déjà plus les foules.

 

 

Je me disais que ça faisait deux ans que je faisais ce boulot, que je commençais à être habituée et que du coup, les vraies chieuses ne me font plus chier (je gère très bien, héhé... Un exemple? Allez, un exemple :)

 

Situation initiale :

-Mademoiselle, je voudrais des culottes.

 

.La vendeuse qui débute, pleine d'espoir et de bonne volonté, répond "oui madame, en quelle taille?" et se condamne ainsi à faire le tour du magasin avec une cliente qui ne se gênera pas pour dire "finalement je ne prends rien, tout est moche", sans même se rendre compte qu'en période de soldes, nous ne sommes pas censées faire le tour du magasin avec une cliente pour qu'elle puisse acheter un slip (voire zéro)

 

.La vendeuse expérimentée, ayant déjà plusieurs fois fait ce genre de tour, ne se fait plus avoir; elle repère la chieuse et contre-attaque :

-Bonjour Madame, excusez-moi, je suis à vous tout de suite... (= on arrête ce qu'on est en train de faire, en le signalant innocemment -pas plus de deux secondes bien sûr, on n'insiste pas) Oui, dites-moi.

-Je voudrais des culottes.

-(sans bouger) Alors, tout ce qui est corsetterie c'est la partie gauche du magasin. Tout est classé par couleur.

Hypothèse numéro 1, la cliente comprend vite :

-ah, d'accord, merci.

-Et n'hésitez pas à nous appeler pour qu'on vous sorte une taille si vous trouvez un modèle qui vous intéresse!

-D'accord, merci beaucoup.

Hypothèse numéro 2, la cliente comprend vite mais il faut lui expliquer longtemps :

-Moi je voudrais des culottes.

-D'accord, donnez-moi juste un instant, je pose ce que j'étais en train de faire et on va regarder ensemble.

-Ah mais je peux peut-être regarder toute seule.

-Non mais je vais vous montrer quelques modèles. (sourire gentil)

-Bon, on va faire ça vite.

 

Le pire c'est que ça marche très bien et qu'aucune cliente ne s'est jamais sentie insultée. Même, au contraire. Une preuve? Une preuve :

(en caisse)

-bonjour madame, je vais vous prendre ce soutien-gorge. Dites, vous avez une petite, en cabines, elle est extraordinaire.

-euh... c'était moi madame.

-ah bon?

-oui, je vous l'ai dit, je suis toute seule ce soir. Je me rappelle bien de vous, je vous ai aidée à mettre neuf soutiens-gorge, en vous faisant attendre trente minutes entre chaque pour que vous compreniez que je ne peux pas vous remettre moi-même les seins en place à chaque fois et qu'à soixante-dix ans il serait temps de prendre les choses en main... vous ne vous en souvenez pas?

-oh, je n'ai pas mes lunettes alors vous savez... Et puis je vous ai pas regardée de toutes façons. Mais cette petite, celle qui s'occupe des cabines, elle est d'une gentillesse... Gardez-la hein.)

 

 

 

 Je croyais donc, naïvement, que j'étais immunisée. Et puis, l'autre jour...

-Bonjour, je vous achète cette paire de chaussons.

-Bonjour, d'accord. Douze euros.

-Voilà, merci, au revoir.

-Bonne journée.

 

Là, comme grâce à Pascal vous êtes un être qui ploie mais qui pense, vous vous imaginez en toute bonne logique, une dame qui sort du magasin, une paire de chaussons sous le bras et douze euros en moins dans son portefeuille. Hé bien non. La dame ne sort pas du magasin. Elle pose les chaussons par terre, glisse un pied dedans, relève la tête et me re-adresse la parole:

-Bonjour, je voudrais être remboursée de cette paire de chaussons.

-...

-Mademoiselle?

-Oui. Excusez-moi, euh... Il y a un problème?

-Oui, ce n'est pas la bonne taille.

-Ah... je suis désolée, c'est notre dernière paire.

-Je sais. C'est pour ça que je l'ai achetée, je voulais être sûre que personne ne la prenne.

 

 

Encore aujourd'hui, j'ai mal à la tête quand j'essaye de comprendre. Si quelqu'un y arrive...

 

Commenter cet article

Marianne 17/08/2010 19:18


On t'appelle encore mademoiselle ? Mais comment fais-tu ? Est-ce parce que tes clientes sont plus agées ou parce que toutes les vendeuses de lingerie sont innocemment appelées mademoiselles ?
Certains parents de quelques uns de mes élèves viennent egalement de se mettre à m'appeler Madame, après les commerçants et les enfants mais à eux on leur pardonnera. Triste constat, je vais devoir
me résoudre à la crème anti-rides.


mélanie 17/08/2010 20:06



Je crois que c'est parce que je travaille dans le dix-septième. :)


(et d'après Cosmo, il n'y a pas d'âge pour la crème anti-rides, prévention, prévention!!)



Marianne 17/08/2010 19:15


je voudrais avoir le smiley qui se tort de rire en tapant du point par terre