Tranche de vu

Publié le par gratte un

 

 

 

 

J'avais pas d'appareil photo alors je vais vous le décrire avec des mots, mais on dit que c'est une photo d'accord ? ça aurait bien mieux rendu en photo.

Vu donc, hier, assise sur une banquette de métro, juste après avoir assisté à une jolie baston enragée et peu compréhensible (certaines cloches distribuent des oeufs dans les yeux on dirait) :

 

Un banc sur le quai, un monsieur sur le banc. Allongé. Vous savez, de ces gens qu'on ne regarde pas parce qu'on ne sait pas comment les regarder. Ceux qui nous alourdissent le ventre -pas longtemps, deux secondes-, qui nous font haïr cette société, le capitalisme, l'humanité toute entière, juste avant  d'entrer dans un Achéhèmonop pour acheter la dernière it-connerie qu'il faut abs-bso-lu-ment avoir sur/sous/avec soi cet été.

Bon, un SDF quoi. Un qui divise les soirées familiales autour de charmants et profonds débats, thèse antithèse synthèse, de type oui enfin moi j'ai jamais eu de problème pour trouver un emploi, c'est surtout un manque de motivation / non mais il leur est peut-être arrivé quelque chose, on ne peut pas juger sans savoir / en tous cas c'est horrible, mais que fait le gouvernement ?

-il supprime le bouclier fiscal.

-ah oui, c'est vrai.

 

 

Et donc, un monsieur. Enveloppé dans un gros manteau kaki, entouré de sacs pleins de choses diverses et pas si variées que ça, les yeux fermés, allongé sur un banc. Juste devant une pub pour des entrepots à louer.

"Besoin d'une pièce en plus ?"

Publié dans lifeislifeblablablabla

Commenter cet article

Marianne 17/08/2010 20:55


je culpabilise mais ça arrange rien.


mélanie 18/08/2010 09:00



hé oui, on en est tous là.


(enfin, presque tous : le monde se divise en deux : ceux qui pourraient faire quelque chose et qui ne culpabilisent pas donc ne font rien. Ceux qui culpabilisent mais ne peuvent rien faire
donc ne font rien non plus. Ou pas grand-chose.)