Lundi 22 juillet 1 22 /07 /Juil 22:00

 

 

 

Daniel Cordier -faut-il présenter Daniel Cordier ? Allez, oui : en 1940, Daniel est un jeune aristocrate royaliste antisémite et se réjouit de la défaite de la République, preuve éclatante de son inanité. Déçu par l'attitude peu fière du vieux Pétain, il file à Londres dans l'idée d'aider à la reconquête du territoire par une juste et légitime monarchie. Re-parachuté en France pour faire partie de la Résistance, il devient le secrétaire et l'intime de Jean Moulin. Au fil des années de guerre, il se métamorphose peu à peu en homme de gauche, s'initie à travers ses discussions avec son patron à l'art moderne, et finit par ouvrir à la Libération une galerie réputée. Pour plus de détails lisez l'indispensable Alias Caracalla. (un de ces bouquins d'histoire qui se dévorent comme un roman !)

 

Daniel Cordier, donc, a toujours refusé de se livrer intimement. Alias Caracalla relate une période de sa vie certes, mais c'est un travail -colossal- d'historien, non un livre de souvenirs. Daniel-Cordier-l'auteur a pris l'habit de chercheur et s'est minutieusement replongé dans les archives afin de retracer le parcours de Daniel-Cordier-le-personnage-historique, quitte à égratiner certaines des certitudes de sa mémoire.

 

C'est la mise en place, le déroulement puis la réception de ce travail qu'il décrit au fil des entretiens accordés au jeune thésard Paulin Ismard. Celui-ci a ensuite supprimé ses questions et relié les réponses, afin de mieux nous laisser entendre une seule voix, passionnante. Daniel Cordier lui (nous) raconte pourquoi et comment, à la sortie de la guerre, il a choisi de tourner totalement et radicalement la page, avant que soudain, au cours d'un débat public, il ne soit désarçonné par les soupçons que formulent certains des anciens chefs de la Résistance à l'encontre de son patron, Max, Jean Moulin. Lui qui savait intimement à quel point ces attaques étaient injustes, se sent honteux de ne pas arriver à défendre convenablement l'homme qui a changé sa vie. C'est ce qui le décide alors à fournir le travail incroyablement fouillé de sa biographie de Jean Moulin, La République des Catacombes, puis d'Alias Caracalla. (tous deux édités par Gallimard) Il aborde également les violentes polémiques provoquées par ses écrits, menées par d'anciens Résistants l'accusant de vouloir ternir la mémoire de la Résistance par dépit de n'avoir été que secrétaire. En digne historien qu'il est devenu, D. Cordier analyse subtilement la différence entre l'histoire personnelle, inévitablement soumise à l'affectif, et l'Histoire, récit impérativement adossé à des faits constatés, et décrit parfaitement l'inévitable fossé qui reste creusé entre les témoins d'une époque et ceux qui en font l'analyse.

 

"Peut-être apparaîtra-t-il qu'il est plus facile de faire l'histoire que de l'écrire ou de la commenter", a déclaré Alain Savary lors d'un colloque au cours duquel Daniel Cordier présenta ses travaux. Et en effet, il fut assez violemment décrié. Il nous prouve cependant avec ce livre que bien loin de confondre Daniel-l'historien et Daniel-le-personnage, il sait se tenir à la conjonction des deux, avec profondeur et élégance.

 

 

 

De l'Histoire à l'histoire, Daniel Cordier et Paulin Ismard, 152pages, Galliamrd-Témoins, 15euros

http://www.lalibrairie.com/tous-les-livres/de-l-histoire-a-l-histoire-daniel-cordier-9782070141845.html

 

et

http://www.lalibrairie.com/tous-les-livres/alias-caracalla-memoires-1940-1943-daniel-cordier-9782070743117.html

http://www.lalibrairie.com/tous-les-livres/jean-moulin-la-republique-des-catacombes-daniel-cordier-9782070743124.html

(les deux livres ci-dessus existent aussi en poche-édition folio)

 

 

Par mélanie - Publié dans : histoire
Quelque chose à dire? - Quelques 1 choses à lire?
Lundi 22 juillet 1 22 /07 /Juil 21:00

 

 

 

-Bonjour mademoiselle !

-Bonjour ! Je suis libraire en CDI depuis janvier et je cherche un logement proche de mon lieu de travail (Paris XIIe). J'ai l'expérience des colocations; je suis d'un naturel calme et discret mais je ne rechigne pas à faire la fête de temps en temps ! Votre annonce m'intéresse beaucoup ; quand puis-je venir visiter l'appartement ? Je suis libre absolument tous les mercredi et les dimanche, et je peux m'arranger avec mes collègues afin de me libérer en semaine si cela vous arrange. Bien cordialement, Mélanie. 

-Euh... Oui non mais en fait, alors voilà, je voudrais un livre.

 

 

Aujourd'hui, dans la catégorie des choses que l'on croit savoir jusqu'à ce que l'obligation de s'y confronter nous prouve d'une façon cruelle que savoir et avoir entendu dire ne sont absolument pas la même chose : la recherche d'appartement parisien. C'est un peu comme la guerre, il faut l'avoir vécu pour en comprendre les souffrances. 

 

Je suis tellement en surchauffe que je ne me souviens quasiment jamais des annonces auxquelles j'ai répondu. Je pense que mon cerveau a développé un automatisme et fait désormais des recherches de façon autonome. C'est la seule explication logique.

-mademoiselle Mélanie ? Je viens de lire votre mail, c'est fou, vous êtes la seule à rester enthousiaste malgré les trente étages sans ascenseur et les toilettes à la turque en commun aux dix appartements ! Vous pouvez venir visiter demain ?

 

Je vais bientôt atteindre le stade où je chercherai en dormant. Et un beau jour, battant des cils après une nuit de jolis rêves, je me réveillerai dans un lit qui sera le mien, au milieu d'une chambre claire dans un grand appart avec machine à laver et salle de bain, entourée de chouettes colocs, d'une bonne boulangerie et d'un magasin bio. Et je vivrai heureuse et j'aurai beaucoup d'enfants.

Par mélanie - Publié dans : lifeislifeblablablabla
Quelque chose à dire? - Quelques 0 choses à lire?
Mercredi 12 juin 3 12 /06 /Juin 07:52

 

02-04

 

Mon père m'avait dit un jour que c'était faire preuve d'un sacré orgueil que d'écrire ses mémoires ; comme si quiconque était digne de laisser quoi que ce soit à la postérité, comme si la vision d'un homme mort pouvait être plus valable que celle des hommes vivants. Le ton aussi dédaigneux qu'assuré sur lequel il m'avait donné cet avis ainsi que la profonde humilité qu'il révélait ainsi m'ont entièrement convaincue, à l'instant où mon oreille a été frappée par lui, que je tenais là un fait indiscutable.

Mais enfin, sur quoi voulez-vous que j'écrive si ce n'est sur moi, qui est la seule chose en vérité que je puisse connaître ?

 

PS Le monde est insupportable. A peine ai-je commencé à écrire, entourée de voyageurs dans le métro, que je sens leurs regards avides et impudiques se poser sur mon carnet que je tiens pourtant d'un angle tel qu'il leur est impossible de déchiffrer mon écriture que j'opacifie au moyen de grandes boucles et de longs traits par précaution supplémentaire.

Peut-être ne regardent-ils pas, et peut-être n'est-ce que la conscience qu'ils pourraient vouloir regarder, ou la certitude qu'à leur place je voudrais regarder qui m'irrite tant. L'enfer, dans les autres, c'est nous.

Par mélanie
Quelque chose à dire? - Quelques 2 choses à lire?
Mercredi 12 juin 3 12 /06 /Juin 07:30

 

 

 

Son bureau pululle d'écrans d'ordi et son blackberry lui est indispensable : bienvenue dans le monde d'un trader !  On lit ce livre d'une traite (je l'ai personnellement commencé et fini dimanche, gardant un oeil un peu déçu sur la finale de Roland Garros), comme on ferait une petite promenade.

Simon est trader, donc, français exilé à Londres, il est spécialiste du pétrole et avoue volontiers qu'il est payé très cher pour parier sur un ensemble de données tellement complexe que personne ne peut y comprendre quoi que ce soit. Si vous voulez paniquer à l'idée que notre monde est dirigé par des banquiers qui ne maîtrisent plus du tout les machines qu'ils ont créé pour accélerer les opérations financières, lisez Six. Avec ce livre-ci pas d'hystérie ; Pascal Guillet (dont c'est le premier roman) nous invite à garder un oeil distant et parfois amusé, sur les états d'esprit, les interrogations et les coups de folie de ce trader ma foi plutôt sympathique. Une plongée dans le monde du luxe et de l'excès, aux côtés d'un esprit critique et attachant, pas si différent de nous !

 

 

branta bernicla, Pascal Guillet, 196pages, Verticales, 16euros90

   http://www.lalibrairie.com/tous-les-livres/branta-bernicla-pascal-guillet-9782070138470.html

Par mélanie - Publié dans : roman français
Quelque chose à dire? - Quelques 0 choses à lire?
Dimanche 8 juillet 7 08 /07 /Juil 16:44

 

RefletsDansUnOeild'Homme

 

 

 

J'aimerais reparler de Nancy Huston. (et de Reflets dans un oeil d'homme, chez Actes Sud) J'avais fait un article gentil qui disait en gros oui bon, elle est féministe c'est avéré, elle réfléchit sur le féminisme, elle critique un peu, mais c'est fait de façon intelligente donc ça va, enfin je crois que ça va, je continue à réfléchir.

Et en fait non. Je réfléchis toujours mais là pour l'instant, je trouve qu'en fait non, ça ne va pas. Du tout.

 

Reprenons : Nancy écoute les théoriciens du genre. Qui disent : il faut arrêter de dire que toutes les filles aiment le rose la douceur les hommes forts et tous les garçons le bleu la force les filles sages. C'est archi-faux, nous ne sommes pas notre sexe, nous inventons notre sexe, nous créons notre moi en investissant notre sexe, d'une manière qui nous est propre et personnelle. Chaque fille définit ce qu'est être une fille et pas l'inverse.

Nancy les écoute dire ça, donc, puis elle regarde les gens autour d'elle. Et là elle voit que la plupart des filles aiment le rose la douceur les hommes forts, la plupart des garçons le bleu la force les filles sages. Hé ! s'écrie-t-elle donc. Hé ! Vous vous trompez, théoriciens du genre ! Vous construisez un monde faux, vous refusez au nom de beaux principes (égalité tolérance amour compréhension) le monde réel, vous voulez nous faire croire que le sexe n'est pas une différence fondamentale mais regardez autour de vous : en fait si ! Depuis quelques années par exemple avec l'invention de la photo, le culte de l'image, le cinéma, les filles ont la possibilité de devenir des femmes-objets et elles se ruent dans cette possibilité ! C'est donc un fait : les femmes veulent être des femmes, féminines. Les hommes regardent les femmes et ça leur fait quelque chose, biologiquement. C'est donc un fait : les hommes veulent que les femmes soient des femmes féminines. Les sexes nous définissent. Ce sont des faits, des constats, arrêtez de vous aveugler et de nous raconter que le sexe c'est pas fondamental. Ca l'est. Je suis une fille donc j'aime être regardée.

 

Mais NON. 

Il m'a fallu du temps pour réagir, au début je disais juste, oui bon, c'est vrai au fond, et puis elle s'appuie sur des observations. Comme elle le dit, nous n'allons pas conseiller à une jeune fille de quinze ans de mettre une mini jupe pour se ballader dans un coin peuplé de jeunes garçons. C'est vrai c'est vrai.

Il n'en reste pas moins que redire "ha bah quand même la majorité des filles aime le rose et la majorité des garçons aime le bleu, les mecs bandent mécaniquement face aux jeunes sexys et les filles mouillent face à l'autorité virile voire violente", c'est rester les pieds dans le marécage de la réalité sans diriger sa tête vers le soleil de l'idéal. Vous vous dites que cette image est pourrie, et vous avez raison, mais elle me permet d'enchaîner sur : Nancy, tu te couches dans un marécage. Bien pourri bien puant, et tu veux nous y entraîner avec toi. Les transsexuels et les homos ne comptent pas à l'échelle biologique, dis-tu, les filles doivent ne pas trop provoquer les hommes, dis-tu, les hommes sont des prédateurs nés, dis-tu. BEURK.


A la limite, si tu rajoutais beurk, ça m'irait. On peut reprendre ton constat (plutôt juste), lui rajouter beurk et hop on retombe sur nos pieds : dans le monde d'aujourd'hui (occidental), les filles se font de plus en plus objets, elles font très attention à être "belles", elles se définissent par un regard, qui même s'il a été intériorisé reste le regard de l'homme qui désire. Okay. Dans le monde d'aujourd'hui, les transsexuels ne sont pas pensés. Vrai. Dans le monde d'aujourd'hui, les homos sont considérés comme un cas à part. (même si on commence à les regarder de façon bienveillante, on les regarde de loin ; ces gens ne sont pas comme nous autres hétéros normaux.) Vrai. C'est l'état d'esprit général, c'est ce que l'on voit si l'on observe. Oui. Et c'est là qu'il faut rajouter : ha mais c'est une généralité ! Il y a des exceptions ! Des tonnes ! Il y a des filles qui se foutent d'avoir des boutons et qui refusent de prendre des cachets chelous juste pour moins en avoir. IL Y A DES TRANSSEXUELS. IL Y A DES HOMOS. 

Les théoriciens du genre proposent DONC un autre modèle de pensée, lequel incluerait tout ce qui sort de la pseudo-norme à laquelle Nancy Huston semble vouloir revenir. (et qui s'appuient sur de vraies recherches scientifiques, cf la revue sciences humaines qui disait récemment que nous avons en réalité CINQ sexes -chacun) Ils disent : la réalité telle que nous la concevons n'inclut pas tout le monde, changeons notre conception des choses. Elle dit : attention ! ils s'éloignent de la réalité ! Ouiiiiiii Nancy. Tu te mords la queue ma cocotte. Ils s'éloignent des apparences (qui nous définissent en partie si nous y croyons) et nous demandent d'arrêter d'y croire. Nancy vient et dit hé mais ce sont les apparences pourtant ! Il faut les prendre en compte. Est-ce une avancée de dire ça ? Est-ce une avancée ou une reculée ? Nancy fait-elle réellement progresser les choses en défendant de façon insidieuse des concepts rétrogrades ? (la question oratoire, définition : question à laquelle la réponse est évidente)

Voilà voilà.

 

 

On en reparle peut-être dans quelque temps. En attendant c'est un succès, j'en vois passer pas mal en caisse des Reflets dans un oeil d'homme. J'en suis bien contente, tous ces lecteurs qui vont lire qu'il ne faut pas oublier que notre cerveau n'a pas eu le temps de muter aussi vite que notre société et que nous sommes des animaux préhistoriques qui se forcent à avoir l'air civilisés. Et finalement le viol est logique, quand même, ces filles qui s'habillent de façon si provocante, elles l'ont un peu cherché.

Par Grr atteint - Publié dans : essai
Quelque chose à dire? - Quelques 3 choses à lire?

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés